Arno Münster montre comment le racisme meurtrier d’Eugen Fischer, anthropologue nazi, a influencé Heidegger. « En novembre 1944, Heidegger s’est adressé à [Eugen Fischer] pour qu’il soit épargné d’être mobilisé dans le « Volkssturm » et affecté d’office à des travaux de terrassement aux environs de Fribourg. (C’est grâce à Eugen Fischer que Heidegger a obtenu, dans un premier temps, satisfaction) ».

Très inquiété par la présence d’un grand nombre d’africains sur le sol français, comme conséquence de la colonisation française en Afrique, Eugen Fischer – en tournée de conférence officielle, dans la France occupée, en 1941, – n’hésitera alors pas une seconde à faire la leçon aux Français en constatant que le «biologiste doit considérer avec une profonde inquiétude que les lois et les institutions françaises permettent que du sang noir s’infiltre dans l’organisme du peuple français. C’est là le plus grand péché qu’un peuple puisse commettre contre lui-même. Une régression des capacités intellectuelles et culturelles de la France en serait la conséquence » . […] … En novembre 1944, Heidegger s’est adressé à [Eugen Fischer] pour qu’il soit épargné d’être mobilisé dans le « Volkssturm » et affecté d’office à des travaux de terrassement aux environs de Fribourg. (C’est grâce à Eugen Fischer que Heidegger a obtenu, dans un premier temps, satisfaction). Le fait que les idées de Fischer ont temporairement  exercé une certaine influence sur les vues de Heidegger relatives à la « santé du peuple » , la « fonction de la médecine dans l’Etat national-socialiste » etc., est attesté d’une façon irréfutable dans les écrits de Heidegger, entre autres, par le toast que Heidegger a prononcé, début aout 1933, à l’Institut d’Anatomie Pathologique de l’Université de Fribourg où il regrette, entre autres, que la médecine soit devenue, dans le monde bourgeois moderne, une simple technique destinée à écarter et à soulager des états de maladie […]. Le philosophe

[ justifie]

la politique officielle de santé du pouvoir nazi de l’époque qui – imprégnée d’eugénisme racial à la Eugen Fischer et Hans Günther – faisait ouvertement appel aux « forces qui tendent à l’exclusion des facteurs de dégénérescence biologique » et au maintien de la « santé héréditaire du peuple » […] par la sélection raciste, des programmes de stérilisation et l’épuration ethnique (raciste, antisémite). A noter aussi que Heidegger attribue ici au concept de « santé » une signification exclusivement « völkisch », à l’instar du professeur Fischer qui décontextualise ce concept complétement de sa signification  médicale et éthique première en laissant sous-entendre que la seule et vraie définition de la « santé » serait celle donnée par la communauté populaire (Volksgemeinschaft) nazie ». In Arno Münster, Heidegger, la « science allemande » et le national-socialisme, Editions Kimé, 2002

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s