Incisif, étincelant, percutant : LE CAS TRAWNY, à propos des « Cahiers noirs » de Heidegger – Michèle Cohen-Halimi et Francis Cohen

Sens et Tonka viennent de publier un opuscule d’une quarantaine de pages signé par Michèle Cohen-Halimi et Francis Cohen : Le cas Trawny, à propos des « Cahiers noirs » de Heidegger.

« Edgar Poe nous l’appris, le meilleur moyen de dissimuler est d’exhiber ce que l’on veut soustraire à la lecture. On pourrait nommer le dispositif de « la lettre volée » l’entreprise qui consiste à dévoiler publiquement l’antisémitisme de Heidegger en éditant son journal de pensée, les Cahiers noirs, pour mieux empêcher cet antisémitisme de se plier aux conditions usuelles, c’est-à-dire historiques, politiques et morales, de sa compréhension. Heidegger est d’autant plus montré comme antisémite que son antisémitisme est soustrait à l’antisémitisme ».

.

Heide

.

« L’antiphrase « l’antisémite, c’est moi » – Peter Trawny – supporte un chiasme étrange : Heidegger ne pouvait pas être antisémite, selon Peter Trawny, puisqu’il avait des amis juifs, et Peter Trawny écrivant qu’il est antisémite affirme qu’il ne l’est pas ».

.
.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s