Blanche-Neige était-elle nazie?

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:8.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:107%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

..

Deux faits retiennent tout d’abord l’attention. Le frère de Walt Disney, Roy Disney, se serait rendu en Allemagne pour assurer la distribution, à la fin des années 30, de Blanche Neige. Il aurait été reçu par Joseph Goebbels alors « ministre de la culture ». Roger Faligot affirme que le film est devenu le film d’animation préféré de Hitler. « Blanche-Neige, écrit Roger Faligot, adaptée à l’écran d’après le conte de Jacob et Wilhelm Grimm, originaires de Hesse, n’est-elle pas l’archétype de la beauté nordique et aryenne issue de la littérature allemande ? Et la sorcière au nez crochu, un symbole de l’esprit malfaisant, donc sûrement juif ? » On dit par ailleurs que Hitler, à la fin de la guerre, dessinait des personnages de Walt Disney.

Le deuxième fait est la décision prise en 1945, par les forces d’occupation alliées en Allemagne, d’interdire la publication des contes de Grimm et cela au motif que la violence de certains passages aurait été en partie à l’origine des atrocités nazies. Un conte, Le Juif dans les épines, était par ailleurs clairement antisémite et violent.

Que peut-on dire du texte lui-même ? Quelle lecture critique peut-on en faire ?

L’hypothèse serait tout d’abord que les frères Grimm savaient exactement ce qu’ils faisaient. Ils n’ont pas été emportés par quelque obscur préjugé : ils ont mis en récit une certaine conception, raciste et antisémite, de ce que devait être l’Allemagne. Ils auraient été ainsi d’excellents « édificateurs », des propagandistes de talent.

Roger Faligot affirme que Blanche-Neige était « l’archétype de la beauté nordique et aryenne ». On s’attendrait donc, avant de relire le texte avec attention, à ce que Blanche Neige soit une blonde aux yeux bleus. Or ce n’est pas le cas. Voici comment les Grimm ont peint le portrait de Blanche Neige. « Oh! Si je pouvais avoir un enfant aussi blanc que la neige, aussi vermeil que le sang et aussi noir de cheveux que l’ébène de cette fenêtre ! » Bientôt après, elle eut une petite fille qui était blanche comme la neige, vermeille comme le sang et noire de cheveux comme le bois d’ébène, et Blanche-Neige fut son nom à cause de cela ».

Les frères Grimm sont morts l’un, Jacob, en 1863, l’autre, Wilhelm, en 1859. Or, de 1867 à 1871, et en partie sous la houlette de Bismarck, exista une Confédération de l’Allemagne du Nord dont le drapeau comportait précisément les trois couleurs de blanc, de noir et de rouge ! Les Grimm sont originaires du Hesse lequel Etat faisait partie de la Confédération.

Il faudrait donc pouvoir faire l’histoire des couleurs de ce drapeau, déterminer quelles furent les étapes qui conduisirent à son design.

On peut ainsi interpréter le personnage de Blanche Neige comme le symbole de la patrie, ou plus exactement de « la » Heimat (die Heimat). Heimat signifie effectivement patrie mais aussi pays, maison. Heimat c’est la patrie-mère, la maison-pays. On retrouvera ce thème avec la maison des 7 nains.

Blanche Neige serait donc la figure symbolique de l’Allemagne en tant que Heimat, la « patrie-mère », la « maison-pays ». Les frères Grimm peuvent avoir fait partie de cercles nationalistes antisémites dont l’objet était l’établissement d’un Etat confédéral fort (et pur), celui-ci devant anticiper sur ce que seront les Reich ultérieurs.

Restons près du texte et oublions que Walt Disney a cru bon de mettre des couleurs sur les joues de Blanche Neige (mais il est vrai que les Grimm disent aussi que Blanche Neige avaient de bonnes couleurs) :

vlcsnap-2014-04-13-12h52m54s193La Reine : « Oh! Si je pouvais avoir un enfant aussi blanc que la neige, aussi vermeil que le sang et aussi noir de cheveux que l’ébène de cette fenêtre ! »

Confédération allemagne du nordDrapeau de la Confédération de l’Allemagne du Nord

Flag_of_German_Reich_(1935–1945).svgDrapeau nazi

Ces trois objets – le visage de Blanche Neige ; le drapeau de la Confédération de l’Allemagne du Nord ; le drapeau nazi – tous les trois dessinés et peints, ont pour point commun de combiner le blanc, le rouge et le noir.

BLANC = pureté raciale

NOIR = autorité

ROUGE = vitalité et instinct combatif

Dans le conte de Grimm Heimat-Blanche-Neige est une petite fille. Il lui faut bien sûr grandir. Le pourra-t-elle ? Car sa mère, la Reine, est morte. Elle était bonne. Sa belle-mère, au contraire, est jalouse de sa beauté et ne peut supporter que Blanche Neige soit plus belle qu’elle. Blanche Neige doit mourir.

La méchante Reine va pour ce faire se métamorphoser en trois figures criminelles ; une vieille colporteuse ; une vieille femme ; une paysanne à la peau brunie. Il s’agit de trois figures du Juif vagabond et apatride et, plus généralement, de l’étranger menaçant.

La jeune Heimat-Blanche-Neige est ainsi menacée par de vieilles femmes habiles à se servir de l’attraction de certains objets – ruban multicolore (pour étrangler) ; peigne (pour empoisonner) ; pomme (pour empoisonner) – pour piéger la jeune fille et l’assassiner.

Les nains, qui symbolisent les « Land » laborieux que la bonne ménagère Blanche Neige unifie dans la maison (Heimat), font ce qu’ils font pour sauver Blanche Neige. Ils la tiennent cependant pour bel et bien morte après la dernière tentative. Mais elle était seulement « comateuse ». Voici de  quelle manière elle revint à la vie : « Les bons nains, en entendant ses paroles – un Prince de passage s’était ému de la beauté de Blanche Neige visible dans son cercueil de verre – s’émurent de compassion pour lui et lui donnèrent le cercueil. Le prince le fit prendre par ses serviteurs, qui le chargèrent sur leurs épaules et l’emportèrent. Mais voilà qu’ils trébuchèrent contre une racine en la portant, et la secousse fit rendre à Blanche-Neige le morceau de pomme qui lui était resté dans le gosier ».

Peut-on voir dans ce vomissement l’anticipation de ce que seront les autodafés du IIIeme Reich?

Walt Disney, quant à lui, sera plus gentil. Le Prince charmant – l’homme providentiel – se contentera de l’embrasser pour la ramener à la vie.

La fin est bien connue et n’est pas sans renvoyer aux motifs invoqués par les alliés, après-guerre (et en eux-mêmes justifiés) pour interdire de nouvelles publications des contes de Grimm.

La méchante Reine a accepté, en maugréant, de venir au mariage de Blanche Neige et de l’homme providentiel. Voilà le sort qui l’attend : « Lorsqu’elle fit son entrée, elle reconnut immédiatement Blanche-Neige, et la peur qu’elle en eut la cloua sur place, sa terreur l’empêcha de bouger. Mais on lui avait préparé des souliers de fer qui étaient sur le feu, à rougir: on les lui apporta avec des tenailles et on les mit devant elle, l’obligeant à s’en chausser et à danser dans ces escarpins de fer rouge jusqu’à sa mort, qui suivit bientôt ».

Les ingrédients d’une nation supposée soudée à l’antisémitisme sont donc bien là :

        Les trois couleurs noir, blanc, rouge (il faut bien un fanion) ;

      L’amour d’une « maison-pays » – Blanche Neige – par ailleurs bonne ménagère et purificatrice ;

       Les ruses innombrables du Juif apatride (qui s’acharne contre la bonne ménagère qu’est Blanche-Neige) ;

        L’homme providentiel en l’espèce du Prince ;

        La violence punitive et sadique.

vlcsnap-2014-04-15-10h34m23s147Heimat-Blanche-Neige s’éveille, dans la version de Walt Disney, sous l’action du baiser de l’homme providentiel.

Quant à l’homme providentiel voici un premier choix :

HHUn jour mon Prince viendra...

vlcsnap-2014-04-15-17h55m31s145vlcsnap-2014-04-15-17h55m42s37vlcsnap-2014-04-15-17h57m01s61

Heidi! Heida! On rentre du boulot!

.
.
.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s