Heidegger ou le cercle de la méthode

.
.
.
La thèse centrale, à propos de Heidegger comme introducteur du nazisme dans la philosophie, est que le « philosophe » utilise le langage philosophique pour transposer et coder le discours nazi.

C’est ainsi que, pour nous, « éthique originelle » nomme, dans La lettre sur l’humanisme, le nazisme victorieux de la « guerre faite aux juifs ». Et cela est d’autant plus plausible que La lettre écrite par celui qui, en 1934, a appelé à « l’extermination totale », est rédigée au moment où le procès de Nuremberg s’achève.

Imaginons seulement ce qui pourrait se passer si un étudiant ou un lycéen, dans un commentaire sur ce fragment, développait ce point de vue?

Pour certains heideggériens intégristes la réponse est prête d’avance : « On vous demande de faire de la philosophie. Vous n’avez pas honte de donner une telle interprétation à cette notion « d’éthique originelle »?

Certains heideggériens dupés pourront tenir, à la virgule prés, un langage identique. Heidegger a peaufiné une transposition formellement philosophique du nazisme. Si vous tentez de vous livrer au décryptage on pourra vous répondre que vous ne faites pas de la philosophie.

Bref, faire de la philosophie avec Heidegger cela consiste  ou à être dupe de sa transposition ou à devenir complice du « crime contre l’intelligence » en quoi consiste une telle corruption de l’activité philosophique.

.
.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s