Sur le non-négationnisme de F. Fédier

.
.

Dans le débat qui a notamment opposé François Fédier et Emmanuel Faye sur Bibliothèque Médicis  (23 février 2007) François Fédier s’est ainsi exprimé :

Moi ce qui m’étonne c’est que…  il y a une sorte d’obstination à vouloir prouver quelque chose que je ne peux absolument pas accepter. L’extermination des juifs européens par le régime nazi est une a-bo-mi-na-tion !  […] On me traite, moi, de négationniste ! Je vous prie, monsieur, de faire très attention à ce que vous allez dire maintenant.  

Prenons acte du non-négationnisme de François Fédier même si, dans la suite du débat, on apprend que Fédier nie que Jean Beaufret ait déclaré à Faurisson son adhésion aux thèses négationnistes.

Il dit à ce propos qu’il en a parlé à Jean Beaufret. François Fédier apparaît effectivement trés soucieux des formes. Peut-être qu’il a « engueulé » Beaufret d’avoir commis un dérapage… dommageable pour la Cause… qui est de présenter un Heidegger au-dessus de tout soupçon de nazisme.

Il aurait ainsi de même « engueulé » de manière posthume Heidegger quand il a convenu que celui-ci avait dit une stupidité en dénonçant « l’enjuivement » notamment de l’université.

Il est certain que Heidegger a appris à tenir la forme. Il y a un Göring chez Heidegger, en tous cas sur le plan du langage. Au milieu du carnage et de l’extermination le maréchal Göring tenait à paraître impeccable, souvent de blanc vêtu et organisant de grandes réjouissances cynégétiques. Châteaux romantiques, tableaux de chasse, alcools fins etc.

Chez Heidegger la « tenue » c’est parfois la métaphysique. C’est ainsi que « l’enjuivement » s’appelle, selon nous, « obscurcissement du monde ». Cela figure, naturellement de manière cryptée, dans Introduction à la métaphysique. C’est moins stupide que « enjuivement » mais peut-être plus dangereux, à cause de l’occultation « métaphysique » du sens réel.

Où voulons-nous donc en venir?

A ceci que Francois Fédier a beau dire que « l’extermination des juifs européens par le régime nazi est une a-bo-mi-na-tion! » Martin Heidegger est plus malin que lui. Il a appris à tenir la forme, la bonne forme métaphysique.

C’est ainsi que, pour nous, l’appel à l’extermination qui figure dans Introduction à la métaphysique et cela dés 1935 se dit : « ouverture déterminée à l’estance de l’être ». C’est déjà beaucoup moins con que « enjuivement ». Et beaucoup, beaucoup moins stupide qu’un appel explicite à l’extermination.

La philosophie, la métaphysique sert ici à coder les desseins les plus criminels de l’époque, cette époque qu’on pourrait donc appeler de manière heideggérienne : époque de  l’accomplissement de la métaphysique. Auschwitz étant le symbole le plus « parfait », la ville la plus « heideggérienne » qui soit de cette époque merveilleuse de l’accomplissement de la métaphysique.

Nous avons déjà dit ce que nous pensions de l’aphorisme : « la magnificence de ce qui est simple ».

Fédier est ici parfaitement doublé par Heidegger. Le simple peut être parfois abominable, abominable comme une balle de révolver ou comme une boîte de zyklon B. Quant on a appris à « tenir la forme » le simple peut devenir magnifique. Et c’est ce que demande Heidegger aux apprentis penseurs. Quittez la « métaphysique », l’accomplissement a eu lieu! Cessez d’être des « producteurs de philosophie », par exemple en vous livrant à de la phiblogZophie, devenez des « magnificateurs de simple », des designers de l’horreur, des publicitaires du « droit d’exterminer ». C’est notre job, à nous, les « poético-penseurs »!

Maintenant que le monde a vécu un début de désobscurcissement on peut se mettre enfin à penser vraiment. C’est à dire à penser dans la joie de « l’oeuvre accomplie » – l »‘ouverture déterminée à l’estance de l’être »! – et en se faisant le gardien du Temple de la secte de la différence ontologique!

Martin Heidegger, par son dispositif, par son Gestell, emporte ses lecteurs toujours plus loin que le point qu’ils avaient pensé atteindre.

C’est a-bo-mi-na- ble! dit Fédier.

C’est magnifique! répond Heidegger.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s