Heidegger est le nazi parfait

.
.
.
 

Ajout du 24/02/08. Cette note ancienne a été écrite dans un mouvement d’écoeurement et de colère. Mais elle dit quelque chose à propos d’un texte qui nous est apparu bien plus qu’entaché par un soutien temporaire à la politique hitlérienne des années 33/34. Notre conviction n’a pas changé sur le fond : Heidegger reste pour nous un partisan résolu de la biopolitique d’extermination. Il va de soi cependant que l’indignation est insuffisante. Ce « nazi parfait » l’est précisément parce qu’il a su se dissimuler dans un texte lui conférant une légitimité. Mais s’il faut entrer sur ce terrain pour affiner et fonder un point de vue critique on le fera sans doute d’autant mieux qu’on aura pris la mesure du nazisme de Heidegger.

.

Heidegger est le nazi parfait. Il a confectionné un « dispositif » (Gestell) extraordinairement performant. Mais vis-à-vis d’un « penseur » qui a déclaré, en accord profond avec Hitler, que la raison était l’ennemie la plus acharnée de la pensée que vaut une conviction nourrie « d’idées claires et distinctes » alors même que le dispositif a recours à l’embrouille, à l’enfumage, aux leurres, aux chemins qui ne mènent nulle part? 

.

La mienne est que le Heidegger d’après-guerre a consacré ses textes à produire un crypto-nazisme où il célèbre l’œuvre de Hitler, se plaint de la précocité de la fermeture d’Auschwitz, chante la gloire de la chambre à gaz et du svastika, (de la croix gammée). 

.

L’expression de Catherine Malabou de « période noire », période au cours de laquelle Heidegger aurait momentanément égaré son âme chez les nazis, est malheureusement inadéquate et trompeuse. Il n’y a pas de période noire chez Heidegger, mais la continuité et la poursuite obstinée d’un projet d’introduction du nazisme dans la philosophie. C’est une évidence qui a fini par s’imposer à moi.

.

C’est ainsi que l’aphorisme la magnificence de ce qui est simple, qu’on trouve dans L’Expérience de la pensée, texte rédigé en 1948, fournit l’horrible clé du dispositif Heidegger. Le simple c’est, pour tromper le lecteur comme les nazis trompaient les déportés en habillant la mort d’une apparence de douche, la paire de chaussures peinte par Van Gogh. C’est l’être de la chose libérée des obscurités de la pensée savante. Mais, au-delà, le simple c’est la croix gammée, la chambre à gaz, le « droit d’extermination ». La poésie et la pensée, soigneusement séparée de la « production philosophique » – rien n’est pire, pour Heidegger, qu’un juif néo-kantien – doivent être mobilisées pour magnifier le simple. Elles doivent dire le sublime du zyklon B. En ce sens Heidegger n’est qu’un publiciste du nazisme. 

.
Höss et quelques autres ont fini, je le regrette au reste, au bout d’une corde. Heidegger, grâce à un réseau composé de naïfs sincères et d’hypocrites chevronnés, a été sauvé de la « dévastation » – terme heideggerien – et ré-intrônisé Grand Philosophe. Cela lui a permis de constituer, par magnification du simple, quelque chose comme une  pérennisation monumentale et glorieuse de l’hitlérisme. .Nazi parfait il est un des auteurs du programme de l’enseignement de philosophie. Et là, attention !.. Les ados n’ont pas intérêt à dire n’importe quoi. On falsifie, on habille, on cache, on travestit. Conche en fait un Père Noël en l’espèce d’un « résistant spirituel au nazisme ». Tout ceci est d’une misère, d’une veulerie inimaginables. On fabrique un personnage sur mesure qui aurait fait plaisir à un Goebbles lui-même cependant bien en-dessous de l’Ingénieur en Chef des Ames qu’est Heidegger. Je ne sais pas comment qualifier cette coucherie de l’académisme français devant un personnage aussi abject. Son supplément récent de reconnaissance fonctionnant de fait comme un obstacle, à mon avis délibéré, aux recherches concernant son nazisme.  Désolé, madame Malabou, mais la « période noire » continue en l’espèce de cette veulerie.  

Heidegger est le nazi parfait. Le logiciel idéal pour que les « Volks », abusés et corrompus, s’entretuent à coup « d’enracinement ». Cela a si bien marché vers les années 40 qu’on l’exporte aujourd’hui en Afrique. Aprés la traite, le colonialisme, Heidegger le successeur spirituel de Hitler!

___________________________

.

Je demande d’urgence l’exclusion de Heidegger du cercle des grands penseurs de l’humanité pour cause de danger de « völkischisation ».

.

En Afrique, notamment, des populations entières sont en danger de « völkischisation ». Les heideggériens orthodoxes constituent une secte qui représente un danger pour l’humanité.

.

___________________________

.

Voir la note Heidegger, l’Afrique et la corruption :

http://skildy.blog.lemonde.fr/2007/06/02/2541/

La note parle d’un livre de Antoine-Dover Osongo-Lukadi sur Heidegger et sa réception africaine.

.
.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s