Il restait, des nombreuses sociétés amérindiennes aujourd’hui disparues, de nombreux objets. Cela donne une idée de la rage raciste qui anime certaines personnes : il fallait aussi que ces « souvenirs » disparaissent. Par la négligence, par l’abandon systématique le lieu destiné à les protéger et à en transmettre l’image matérielle a été ravagé par les flammes. C’est un autodafé de la mémoire, un mnémocide.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s