Petit contre-dictionnaire Heidegger : GESTAPO

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:8.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:107%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

.
.

GESTAPO signifie Geheime Staatspolizei : police secrète d’Etat. Elle joua un rôle déterminant dans l’extermination des juifs. Heidegger prend la Gestapo, dans Introduction à la métaphysique, comme un des exemples à l’appui de son questionnement sur l’être.

Cet usage par Heidegger a fait l’objet d’une polémique entre E. Faye, qui trouve inacceptable cette référence, et des heideggériens pour lesquels, mais ils fabulent, Heidegger se serait référé à la Gestapo dans un but critique.

En réalité Heidegger a recours à une série d’exemples :

          – Un gros orage

          – Une chaîne de montagne

         –  Le portail d’une église romane

          – Un Etat (… « la police d’Etat – Gestapo – arrête un suspect »…)

         –  Un tableau de van Gogh

En aucun cas le but de Heidegger est de critiquer, au prétexte que leur être semble nous échapper, les gros orages, les chaînes de montagne, les portails d’église romane, les Etats – et encore moins celui qui a institué la Gestapo – les tableaux de van Gogh.

Heidegger mentionne la Gestapo comme un exemple parmi d’autres. Il la reconnaît, par conséquent. Mais, surtout, il n’en fait, même voilée, aucune critique. Ou, comme nous allons le voir, sa critique n’est pas celle qu’on croit.

vlcsnap-2014-04-27-18h47m27s201La première mission de la Gestapo a été d’assurer la sécurité d’Hitler. Elle est devenue bien vite un instrument de contrôle des populations dominées par le Reich. Elle fournira  la bureaucratie nécessaire aux projets génocidaires.

Voici le fragment litigieux :

Un Etat  – il est. En quoi consiste son Etre ? En ceci que la police d’Etat arrête un suspect, ou en ce que, à la chancellerie il y a tant et tant de machines à écrire en action, qui prennent ce que leur dictent des secrétaires d’Etat ? Ou bien est-il dans l’entretien du Führer avec le ministre anglais des Affaires étrangères ? L’Etat est. Mais où se cache l’être ? Se cache-t-il d’ailleurs où que ce soit ? 

Heidegger, Introduction à la métaphysique, PUF 1958, page 44.

L’approche heideggérienne de l’être ne fait pas que l’Etat nazi soit ici critiqué. Ou alors Heidegger aurait également critiqué les chaînes de montagne et les orages, ce qui est aberrant.

A titre de comparaison voici ce que dit Heidegger de l’orage quelques lignes avant :

« Un gros orage arrivant dans la montagne « est », ou bien, ce qui revient au même, « fut » dans la nuit. En quoi consiste son être » ? (Idem, page 43)

Cependant la thèse du petit contre-dictionnaire Heidegger est que l’ Introduction à la métaphysique est un appel insidieux à une radicalisation du troisième Reich et cela dans une direction, dans cette direction qui aboutira à la conférence de Wannsee et à la décision de mise en œuvre de la solution finale.

Il y a cette fameuse page 213 de l’édition de 1958 de Introduction à la métaphysique :

… Ce qui est mis sur le marché aujourd’hui comme philosophie du national-socialisme, et qui n’a rien à voir avec la vérité interne et la grandeur du mouvement (c’est-à-dire avec la rencontre, la correspondance, entre la technique déterminée planétairement et l’homme moderne) fait sa pêche en eau trouble dans ces « valeurs » et ces « totalités ».

Ceci ne constitue en aucun cas une critique du nazisme. Au contraire Heidegger revendique, par son ontologie « déconstructive » – qui se moque bien de la « philosophie » – d’être celui qui anime spirituellement au mieux la « vérité interne et la grandeur du mouvement ».

Il faut, malheureusement, interpréter littéralement sa célébration, qui est un éclat étonnant de franchise dans un univers très « nuit et brouillard », de la rencontre entre le mouvement nazi et la technique planétaire. On retrouvera plus tard cette célébration dans la conférence Le Tournant.

En ce sens, s’il y a une critique adressée à la Gestapo, c’est qu’elle ne tient pas encore assez compte des enjeux de cette rencontre. Il va lui falloir devenir un appareil génocidaire. Adolf Eichmann sera un des héros de cette métamorphose. Les lance-flammes, les mitrailleuses, les trains et les chambres à gaz célèbreront ainsi les noces de l’homme moderne et de la technique planétaire.

.

.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s