Heidegger – Pas de chichi pour le Dasein

.
.
.

Telle est aussi la question : le nazisme de Heidegger est si radical, si abject et si profond que le lecteur de bonne foi n’en revient pas d’avoir, sommé par les éloges et le ton déférent voire transi emprunté par les heideggériens, à respecter une pensée qui charrie les « fondements » de l’horreur.

Prenons cet objet discursif qu’est le Dasein, l’ être-là, ou l’ être-le-là.

Il est présent dans le texte heideggérien dés les Prolégomènes… de 1925 et se trouve au coeur du contournement-détournement heideggérien de la phénoménologie husserlienne.

A partir de Sein und Zeit, et notamment des premiers paragraphes, la notion de Dasein a même été impliquée dans l’élaboration d’une Daseinanalyse.

Il y a en permanence deux discours chez Heidegger. Un premier est toujours susceptible d’être servi dans l’espace public académique.

Un second est idéologiquement nazi et cela en un sens radical et « total ». 

Heidegger est un exterminateur « d’avant-garde ». Ce n’est nullement un suiveur ou un opportuniste.

C’est ainsi que Dasein nomme aussi, selon nous, le Volk au sens völkisch, le peuple appelé à exercer une souveraineté absolue.

C’est le nom de code pour désigner cette partie de l’humanité générique qui, éduquée selon les normes nazies, s’en séparera pour se constituer en humanité « authentique » et en peuple-maître.

Dans Si c’est un homme Primo Levi raconte comment il a perçu le regard du docteur Pannwitz, cadre nazi chargé de tester les aptitudes du détenu Primo Levi : « son regard ne fut pas celui d’un homme à un autre homme; et si je pouvais expliquer à fond la nature de ce regard, échangé comme à travers la vitre d’un aquarium entre deux êtres appartenant à des mondes différents, j’aurais expliqué du même coup l’essence de la grande folie du Troisième Reich ». (Cité par Myriam Revault d’Allones dans Peut-on élaborer le terrible?La philosophie devant la Shoah, Editions de Minuit,septembre 2000).

Les techniciens de la mort n’ont  certes pas eu besoin de la Daseinanalyse pour accomplir ce qu’Heidegger lui-même a nommé le « travail ».

Mais, dans la philosophie, le Dasein est le nom de cette part de l’humanité qui, sous couvert d’historialité, d’appropriation, d’ Ereignis, se sépare de l’humanité générique.

Et cette séparation n’est pas seulement une distanciation. Elle prendra la forme de cet « aquarium » dont parle Primo Levi et, pire encore, des barbelés, des transports, des exécutions en masse, de la chambre à gaz.

.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s