« Faut-il croire à une duplicité heideggérienne »

.
.
.
La question est empruntée à l’auteur d’un article intitulé Heidegger et l’être du On : Christophe Perrin.

L’article en question est tout de phénoménologie et se présente comme la réponse à une question d’interprétation relative à la signification du On notamment dans sa relation avec le Dasein. Le § 27 d’ Etre et temps, nommé plusieurs fois « maître livre », est au coeur de la discussion.

Nous proposerons plus tard notre lecture du § 27.

Une première remarque : et alors que les critiques de Lukacs, d’Adorno, de Wolin, de Bourdieu permettent d’entrevoir ce qu’il en est du projet politique de Heidegger – E. Faye le caractérisera comme « introduction du nazisme dans la philosophie » – elles sont asphyxiées par un retour à une question phénoménologique traitée de manière académique et formelle.

Mais qu’entend Christophe Perrin par « duplicité heideggérienne », qu’il s’emploie par ailleurs à démentir « ontologiquement »?

Ceci que le langage phénoménologique d’une description pure du phénomène du On n’évite pas l’évaluation, cette évaluation étant précisément dévalorisante. Le On est déchéance, perdition, conformisme etc. Le commentateur note, de la part de l’auteur du « maître-livre », une sorte de valse hésitation entre l’approche de Dilthey et l’approche de Kierkegaard.

Les conséquences de la lecture positive du On entreprise par Hubert-Louis Dreyfus, et alors même qu’elles « réfutent » la dévalorisation heideggérienne,  ne sont pas développées.

Nous affirmons quant à nous qu’il y a bien plus qu’une « duplicité heideggérienne ». On ne comprendra jamais totalement les frictions du texte heideggérien tant qu’on se contentera de le considérer comme un grand penseur un temps compromis avec la politique du pire.

Heidegger est avant tout un « politique ». Il a fait sien les fondamentaux de l’idéologie Völkisch et son objectif principal, à la fin des années 20, est de dérouter la phénoménologie husserlienne vers une herméneutique du Dasein en tant que « doctrine secrète » de la souveraineté absolue du « peuple-maître » (Volk).

La « duplicité » est bien plutôt celle-ci : un discours universitaire certes d’apparence novateur – Heidegger s’est appuyé sur la dynamique husserlienne – mais en réalité entièrement soumis à l’objectif politique de fournir les catégories nécessaires à l’élite spirituelle dirigeante d’un peuple-maître auquel, par ailleurs, il a trés tôt reconnu un « droit à l’extermination ».

Christophe Perrin rappelle cette précision faite en 1946 à Jean Beaufret : « Ce qui est dit dans Sein und Zeit (1927), § 27 et 35, sur le « On » n’a nullement pour objet d’apporter seulement au passage une contribution à la sociologie. (…) Ce qui est dit du « On » contient bien plutôt, sur l’appartenance originelle du mot à l’Etre, une indication pensée à partir de la question portant sur la vérité de l’Etre ».

C’est l’horreur! En 1946 Heidegger prend soin de préciser qu’il ne s’agissait pas de contribuer aux sciences humaines. L’expression « appartenance originelle du mot à l’Etre » c’est au reste n’importe quoi!

Mais, associée à l’idée de « vérité de l’Etre », elle dit que Heidegger prend acte positivement d’Auschwitz.

« Vérite de l’Etre » est effectivement un des noms de code de la « solution finale ». Il est associé à la notion d’oeuvre d’art dans les conférences de 34-35.

« Oeuvre », « oeuvre d’art » étant à leur tour des noms de code pour désigner sur la scène universelle-universitaire le troisième Reich (et l’artiste en chef qu’est Adolf Hitler).

Au reste Christophe Perrin rappelle aussi, naturellement sur fond d’une dénégation du nazisme heideggérien, que Heidegger a placé discrétement une note dans SuZ, note où il dit que, à propos du On : « la profondeur, la netteté de son pouvoir peuvent changer historiquement ».

« L’espoir » de Heidegger a été comblé! Le Volk ne s’est même pas contenté de manifester ses humeurs On-tiques : il s’est impliqué massivement dans le génocide.

Si le On est comme ce qui colle le Dasein à un quotidien répétitif, « grâce » à Hidlegger et à Heitler, le Dasein a pu comme l’entraîner dans une profondeur et une netteté reconnaissant la « prépotence de l’Etre ». (Etre étant également un des noms de ce qui est censé fondé les prétentions du Volk à se constituer comme peuple-maître et cela absolument).

Tout ceci ayant fond sur les mythologies d’identification du peuple-maître.

.
.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s