La mort de Walter Hölderlin

.
.
.
.

Dans le film d’Ernst Lubitsch, L’homme que j’ai tué (1931), un jeune musicien français, Paul Renaud, premier violon dans un orchestre symphonique tue à la baïonnette, au cours de la première guerre mondiale, un jeune allemand amoureux de la culture française, de Paris et passionné de Beethoven. Il vit cette mort comme un crime, comme un assassinat en dépit d’un prêtre qui lui oppose, au cours d’une confession, le sacrifice sacré de la guerre.

Ce jeune allemand s’appelle Walter Hölderlin, du nom du grand poète.

Je propose sur cette page de réfléchir en images sur la manière avec laquelle Lubitsch a filmé la mort de Walter Hölderlin.

Situation – Paul Renaud dit en confession qu’il ne peut plus jouer de la musique depuis qu’il a commis son assassinat. La baïonnette a tué l’archet du violoniste. Au moment où Walter Hölderlin est tué, avec la  « bénédiction de la guerre », celui-ci s’apprêtait à signer une lettre, peut-être la dernière, à sa famille. Paul Renaud connaît ainsi le nom et l’adresse de « l’homme qu’il a tué ». Il n’est donc en aucune manière un « soldat inconnu » ou l’un des innombrables morts abstraits des reportages de propagande. Dévoré de culpabilité Paul Renaud se rendra chez les parents de Walter Hölderlin. Il avouera son meurtre à Elsa, la soeur de Walter. Les parents de ce dernier, qui n’en sauront jamais rien, adopte Paul. Il devient leur fils. Paul pourra enfin à nouveau jouer du violon et l’archet, en jouant Rêverie de Robert Schumann, effacera l’empreinte barbare de la baïonnette.

La mise en scène est superbe de précision. Elle donne sens aux déplacements des corps dans l’espace et à leur apparence vestimentaire. On regardera notamment comment les casques militaires français et allemands ont fait des ennemis là où l’amitié et l’admiration auraient pu s’épanouir.

L’extraordinaire de la scène est que, lorsque Walter est mortellement blessé, il comprend tout de suite au regard de Paul que c’est la guerre et son absurdité qui l’ont tué. Il n’éprouve aucune haine pour le « frenchman ». (Le film est en américain). Il a totalement confiance en son « tueur ». Il lui fait comprendre qu’il doit l’aider à signer sa dernière lettre.

La mort de Walter Höderlin nous est signifiée par l’image où l’on voit la main du soldat  blessé – soutenue par celle, ensanglantée, de Paul Renaud – arrêter de tracer sa signature.

vlcsnap-483134.1205768204.jpg

vlcsnap-483282.1205768247.jpg

vlcsnap-483391.1205768281.jpg

vlcsnap-483592.1205768329.jpg

vlcsnap-483734.1205768385.jpg

vlcsnap-483846.1205768428.jpg

vlcsnap-483994.1205768480.jpg

vlcsnap-484245.1205768539.jpg

vlcsnap-484347.1205768614.jpg

vlcsnap-484439.1205768649.jpg

vlcsnap-484551.1205768703.jpg

La baïonnette et l’archet. La barbarie et la culture. La mémoire de Walter Hölderlin revit, sous le regard d’Elsa, à travers Rêverie de Robert Schumann.

walter.1205769853.jpg
.

Le meurtre : « Il ne s’est même pas défendu. Il s’est contenté de me regarder… »

 vlcsnap-450716.1205773563.jpg

vlcsnap-450796.1205773646.jpg

vlcsnap-450838.1205773695.jpg

vlcsnap-450882.1205773740.jpg

vlcsnap-450924.1205773789.jpg

vlcsnap-450946.1205773859.jpg

vlcsnap-451052.1205773913.jpg

vlcsnap-451116.1205773978.jpg

vlcsnap-451151.1205774023.jpg

vlcsnap-451209.1205774070.jpg

vlcsnap-451286.1205774128.jpg

vlcsnap-451362.1205774187.jpg

vlcsnap-451522.1205774443.jpg

vlcsnap-451602.1205774512.jpg

vlcsnap-451663.1205774582.jpg

vlcsnap-451791.1205774653.jpg

vlcsnap-451839.1205774706.jpg

vlcsnap-451881.1205774758.jpg

vlcsnap-451903.1205774824.jpg

vlcsnap-451922.1205774874.jpg

vlcsnap-451938.1205774924.jpg

vlcsnap-451954.1205774968.jpg

vlcsnap-451970.1205775017.jpg

vlcsnap-451986.1205775071.jpg

vlcsnap-452002.1205775683.jpg

vlcsnap-452018.1205775727.jpg

vlcsnap-452031.1205775770.jpg

vlcsnap-452047.1205775829.jpg

vlcsnap-452079.1205775870.jpg

vlcsnap-452108.1205775931.jpg

vlcsnap-452127.1205777353.jpg

vlcsnap-452146.1205777420.jpg

vlcsnap-452335.1205777472.jpg

vlcsnap-452364.1205777553.jpg

vlcsnap-452386.1205777612.jpg

vlcsnap-452441.1205777665.jpg

vlcsnap-452540.1205779987.jpg

vlcsnap-452809.1205780087.jpg

vlcsnap-452914.1205780136.jpg

vlcsnap-453062.1205780193.jpg

vlcsnap-453135.1205780252.jpg

vlcsnap-453199.1205780318.jpg

vlcsnap-453314.1205780373.jpg

vlcsnap-453570.1205780480.jpg

vlcsnap-453641.1205780543.jpg

vlcsnap-453820.1205780602.jpg

vlcsnap-453996.1205780661.jpg

vlcsnap-454057.1205783165.jpg

vlcsnap-454361.1205783235.jpg

vlcsnap-454470.1205783286.jpg

vlcsnap-454588.1205783343.jpg

vlcsnap-455014.1205783394.jpg

vlcsnap-455382.1205783475.jpg

vlcsnap-455548.1205783565.jpg

Le crayon dérape. Walter Hölderlin vient de mourir.

Celui qui, de sa main meurtrière et ensanglantée, vient de l’aider à signer sa dernière lettre – lettre où il dit l’absurdité des combats et sa certitude de mourir – va devenir d’une certaine manière un autre Walter Hölderlin.

vlcsnap-457615.1205783838.jpg

vlcsnap-458278.1205783921.jpg

vlcsnap-458316.1205783974.jpg

.
.
.

La baïonnette et l’archet :

.

aaaawalter_1205769853.1206600218.jpg

.
.
.
.
.
.

;
;
;
;
;

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s