Hadrien France-Lanord et le blog

.;

.

Dans une note publiée sur Paroles des Jours (PdJ) Hadrien France-Lanord se met en scène comme se sentant obligé de quitter la haute pensée pour descendre dans les tripots des blogs afin de protester contre une accusation calomnieuse dont ferait l’objet Philippe Arjakovsky, un ami avec lequel il a traduit La Dévastation et l’Attente de Heidegger.

De quoi s’agit-il? Sur Le phiblogZophe un correspondant, Yvon Er, avait il y a quelques mois déjà fait état du fait qu’une lettre au Monde de P. Arjakovsky, lettre refusée par le journal mais publiée sur PdJ, avait été diffusée par une revue d’extrême-droite et négationniste, l’ Aaaargh. Yvon Er a au reste admis que ce texte a pu être publié à l’insu de l’auteur.

Dans sa note H. France-Lanord expose en quoi, « transcendantalement », Philippe Arjakovsky n’a pas pu publier sa lettre dans la revue en question. Je veux bien l’admettre. Mais la question n’est pas exactement là. Oui ou non  cette lettre est-elle lisible dans la revue? Et si elle a été publiée « en pirate » pourquoi ne pas dénoncer le fait, par exemple sur PdJ?

Il fallait s’y attendre, H. France-Lanord « heideggerise » le problème et se saisissant de cette actualité blogueuse – plongée comme il se doit dans la sous-culture et l’indigence de pensée… – nous propose un développement supposé faire date à propos de la notion de « révisionnisme inversé ».

Je proposerai plus tard une analyse de la rhétorique de H. France-Lanord et la comparerai à celle de son maître Heidegger.

En attendant la baguette magique ne dissipe que très peu de brume.

Oui ou non la lettre de P. Arjakovski est-elle lisible dans une revue négationniste? Il serait insuffisant de se voir répondre, même implicitement, qu’on n’a pas à prendre en compte les agissements d’une revue si peu recommandable que les deux navigateurs que j’ai sollicités à l’instant pour la trouver me renvoient à une note faisant état de l’impossibilité d’ouvrir la page correspondante?

En attendant voici deux documents :

1. L’information publiée par Yvon Er.

.

Enfin je signale que Philippe Arjakovsky n’a pas « publié » sa lettre au journal Le Monde sur le livre de M. Faye (« calomnier Heidegger ») uniquement sur le site « Parolesdesjours ». Il l’a fait aussi dans la revue « Aaargh », revue négationniste internationale. Mais je suis un résistant a posteriori qui s’imagine qu’il pourrait y avoir danger…
N’ayant nulle envie d’orienter les lecteurs vers cette chose que l’on peut aisément retrouver sur la toile, j’en donne ici les sommaires-la lettre de P. Arjakovsky est annoncée en été 2005. Pour ceux qui n’auraient comme moi ni la force ni l’envie de lire les sommaires en entier pour retrouver l’annonce de la lettre de M. Arjakovsky, je la donne simplement avec les articles qui l’environnent :

été
SOMMAIRE
Mémoires savatées
LES GRANDES PANURGIES LYONNAISES
Condamnation requise pour diffamation présumée de l’ex-président de Lyon III
Édition: le retour masqué de Jean Plantin, par Jacques Boucaud
IL SEMBLERAIT QUE L’ORDRE JUIF NE RÈGNE PAS TOTALEMENT SUR LYON : Communiqué de presse de l’UEJF
Une verte trop brune exclue du parti, Par Alain Auffray
Lettre au journal Le Monde, Philippe Arjakovsky (calomnier Heidegger)br />To our members, especially those of you who can read Hungarian, Judy Cohen et George Pick
MESSAGE EN HONGROIS ET EN TRADUCTION, Mónus Áron
LÉCHER
LA SYNAGOGUE

(Benoît XVI)

Suit l’ensemble des sommaires de cette revue durant les années qui précèdent.
Bien le bonsoir.
Yvon Er.

2 La lettre de Philippe Arjakovsky refusée par le Monde > :

.

Philippe Arjakovsky

Au Monde

 

Dans son article du 25 mars 2005 intitulé “Les crimes d’idées de Schmitt et de Heidegger”, M. Droit fait une recension élogieuse d’un livre d’Emmanuel Faye accusant Heidegger d’avoir « introduit le nazisme dans la philosophie ». Vers la fin de son article, il laisse entendre de la manière la plus explicite que Heidegger est directement responsable de l’extermination des Juifs. « Au bout du chemin, écrit-il, la mort de l’ennemi est la même » – et d’enchaîner par cette merveille d’ambiguïté sophistique : « Une fois les ennemis inventés par le Reich déportés, gazés et brûlés, Heidegger s’est tu. » Mais comment le Reich a-t-il fait pour inventer ses ennemis ? Semblant comme répondre à cette question, un assez long extrait d’un cours de Heidegger (tiré du livre de M. Faye) est cité par Le Monde dans un encadré au bas de la page ; il y est question de « l’exigence radicale de trouver l’ennemi » et « d’initier l’attaque (…) en vue de l’anéantissement total ». CQFD : en principe, à la lecture de cette page, le lecteur non avisé ou prévenu comprend immédiatement que Heidegger est le véritable idéologue du régime nazi et au fond l’inspirateur de la « solution finale ». Qui sait même si, en achetant le livre de M. Faye, on n’apprendrait pas en plus que ce cours qui nous parle de l’ennemi et du combat n’est pas tout bonnement un commentaire du Mein Kampf de Hitler… ? Beau suspense commercial !

Mais vous prenez vraiment les gens pour des imbéciles ! Ce cours (sur la vérité) de 1933-34 n’est absolument pas inédit : il se trouve dans ma bibliothèque depuis quatre ans – et si on l’ouvre, on s’aperçoit que le passage cité sur l’ennemi et le combat est extrait en réalité d’un commentaire… d’un fragment d’Héraclite, le célèbre fragment DK 53, qui dit que « Polémos est le père de tout ce qui est… » – et la thèse générale du chapitre est que Polémos, le combat, est, pour les Grecs, le foyer essentiel de tout ce qui est, bien au-delà de tout comportement humain.

Rien n’empêche un habile idéologue, pourrait-on me rétorquer, de prendre prétexte de la pensée de Héraclite pour soutenir le « combat » de Hitler. Mais là nous passons du domaine de la certitude indiscutable d’un fait (ce que laisse suggérer le montage du Monde) à celui de la justesse toujours discutable d’une interprétation.

L’absence ici de tout contexte, de la moindre mise en perspective, nous permet de comprendre la différence entre un journalisme critique d’information et un journalisme idéologique qui sombre ici au fond de l’ignoble. La manière dont vous présentez cette citation est en réalité un de ces trucages, autrement dit un de ces « crimes d’idées » dont vous croyez être les pourfendeurs. Si vous aviez eu l’honnêteté d’indiquer le contexte de cette citation, le lecteur aurait pu par exemple se poser la question suivante : et si faire cours en 1933-34 sur le polémos (Kampf, combat) au sens d’Héraclite n’était pas au contraire une manière pour Heidegger d’offrir à ses étudiants un contrepoids extraordinaire à l’autre Combat inspiré par le livre officiel du régime ? Autrement dit un acte de résistance ? C’est là une question, on l’aura compris, que M. Droit a appris depuis longtemps à « combattre » de la plus ignoble des manières.

Mais je me tourne ici plus particulièrement vers le Médiateur du Journal. J’ose imaginer que dans votre journal, le journaliste chargé d’une rubrique aime, d’une manière ou d’une autre, ce dont il est question dans sa rubrique ; pour ne citer que vos plumes les plus connues, on n’imagine pas M. Vernet détestant les questions diplomatiques internationales, M. Kéchichian ingurgitant de force la poésie mystique ou M. Marmande traîné de force par son rédacteur en chef à la corrida. Ne serait-il pas temps quand même de faire œuvre humaine et de retirer à M. Droit la charge manifestement pour lui dégoûtante de s’occuper des livres de Heidegger depuis plus de 20 ans ? Soit Heidegger est un véritablement un philosophe nazi – et en ce cas le Monde, avec toute sa puissance de plus grand journal d’opinion français, s’honorerait, pour clore le procès qu’il lui fait depuis toujours, de lancer et de soutenir une pétition nationale pour qu’on réglât définitivement le cas Heidegger – par exemple en l’éjectant de la liste des auteurs officiels du programme de Terminale. Et l’on pourrait ainsi enlever à M. Droit la charge écrasante de faire semblant de lire les ouvrages de Heidegger. Soit Heidegger est le grand penseur de notre temps que d’aucuns aiment à croire, et en ce cas ne croyez-vous pas qu’il serait plus « déontologique » (si ce mot a encore du sens dans votre journal) de donner ses livres à un journaliste ou à un chroniqueur qui y entende quelque chose, et pourquoi pas l’aime un peu ? M. Droit aurait ainsi le temps de multiplier les grandes expériences philosophiques du quotidien qu’il nous a relatées dans son livre fameux, comme celle de se regarder pisser ou de réciter à l’envers la liste des courses (je ne sais plus trop au juste, mais c’était passionnant et cela pourrait donner lieu à une chronique hebdomadaire dans votre supplément payant du week-end).

Je me doute, M. le Médiateur, de ce que vous pourriez me répondre à propos de cette ignominie du 25 mars 2005. En face du grand article de M. Droit et au-dessus d’un second article du même se trouvaient une enquête de M. Birnbaum et un entretien mené par M. Kéchichian avec Marc de Launay, dans l’ensemble plutôt favorables à Heidegger. Mais voilà, ils n’étaient pas à armes égales : que vaut l’opinion d’inconnus devant l’ignoble bricolage construit à la page d’en face ? Que valent les généralités auxquelles se livrent les gens que vous interrogez à propos d’un livre qu’ils n’ont pas encore lu (et pour cause, puisqu’il n’est pas encore paru) ?

Philippe Arjakovsky

.

.
On se reportera, pour en savoir davantage, à la note publiée par Yvon Ronan sur le blog :
http://skildy.blog.lemonde.fr/skildy/2006/09/rponse_dyvon_ro.html
.
.

2 commentaires

  1. Merci.
    Je me permets de rajouter le message que j’avais envoyé juste après le message que vous citez, et que je redonne dans ma note dont vous donnez le lien :

    « Encore une chose : pour le cas improbable où Philippe Arjakovsky aurait été publié « à l’insu de son plein gré », les amis de « Parolesdesjours » qui nous lisent voudront bien le prévenir afin qu’il prenne publiquement ses distances et engage les démarches nécessaires. Ou assume son acte.
    Yvon Er.
    Rédigé par: Yvon Er | le 21/06/2006 à 20:11 »

    Ce message n’a pas non plus rencontré de vrai écho.
    YE.

    J'aime

  2. Je suis simplement dégouté de ce « pseudo blog penseur », on y attaque sans préciser les raisons , les philosophe les plus intelligent de notre temps! (H.France-lanord et P.Arjakovsky).
    Je suis vraiment dégoûté que se soit sur le blog d’un quotidien aussi lut en france que ces calomnies soit publiées!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s