« La trahison » de Philippe Faucon

.

Le phiblogZophe a vu La trahison de Philippe Faucon. Ecriture sèche, pointue, mais ouverte sur les contradictions des personnages et la complexité des situations. La comparaison paraîtra écrasante mais je pense à John Ford à propos duquel le blog vient de publier une note. Précisément, dans La prisonnière du désert – voir la note sur l’analyse d’une séquence de ce western de 1956 – c’est le personnage de Martin Pawley, indien métis, qui nous introduit au coeur de la tragédie de l’ouest. Dans La trahison ce sont les soldats français d’origine algérienne, appelés ou harkis, mais amenés à lutter contre le FLN, qui nous introduisent dans la tragédie du sud, dans la tragédie franco-algérienne.

Le scénario est écrit en collaboration avec l’auteur du livre homonyme, Claude Sales, ancien officier lui-même pendant la guerre d’Algérie.

D’une facture documentaire le film peut rappeler des extraits d’actualités d’époque. Sauf que, pendant les événements, il ne s’agissait pas officiellement d’une guerre mais simplement de "maintien de l’ordre". Par la problématique des personnages et la valeur de témoignage du scénario nous appréhendons précisément en quoi il s’agissait bien d’une guerre et d’une guerre de domination d’un peuple sur un autre. Ce dernier, celui des français indigènes et malgré les annonces de la république, était méprisé et victime d’une politique raciste. Les "français indigènes" des départements d’Algérie étaient des "bougnouls, des bicots, des ratons…"

Mais, et parce que le documentaire et le témoignage jouent leur partie serrée, il s’agit aussi d’une méditation. Les personnages semblent submergés par le chaos. Tous les personnages sont voués, du fait de ce chaos et de son absurdité, à la trahison. Ils sont tous à la fois traîtres et trahis. Ils sont comme rongés de l’intérieur par cet acide du chaos.

* La république trahit sa mission. Aprés les heures glorieuses de la résistance elle applique les méthodes gestapistes pour mater ceux qu’elles appellent non des résistants mais des rebelles, des fellagas.

* Aprés avoir "relooké" la France de la collaboration le général de Gaulle apparaît en filigrane comme le président de l’impossible. Une certaine France n’est plus possible. Et alors que la victoire semble sur le terrain à portée de main le "largage" de l’Algérie aura lieu. On ne peut plus se permettre, pour des raisons essentiellement économiques – la France de l’automobile, celle des trente glorieuses, a un besoin impérieux de pétrole – de se mettre à dos le monde arabo-musulman. (La guerre aurait pu être gagnée mais pas la paix. L’Algérie serait devenue un lieu de terrorisme endémique.)

* Quant au FLN ceux qui ont gagné la guerre interne à l’organisation se préparent, malgré son nom, à dominer sans partage le peuple qu’ils ont "libéré". Cela fera, on le sait, les belles heures du terrorisme islamiste.

Le film va donc bien au-delà de la reconstitution critique d’un épisode de l’histoire récente. Il saisit des personnages comme au prise avec un tsunami d’absurdité et de non-sens.

Le jeune lieutenant Roque, qui a l’intelligence et la sensibilité de comprendre ses hommes, ne comprend cependant pas que sa hiérarchie lui ment cyniquement. En faisant passer une mesure "préventive" pour un acte de justice militaire elle trahit sa jeunesse et son sens de l’honneur. Il est l’emblème de la fragilité de l’individu exposé au non-sens généralisé, de l’individu auquel on demande de donner beaucoup de soi-même, y compris le sacrifice suprême, pour des missions humainement et politiquement impossibles.

…………

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s